Archives départementales 10L161 (ref 002) : cas de mise en quarantaine de bateaux à Morlaix

Lettre 1

Ce jour, 1er frimaire an 9 de la République [22 novembre 1800], nous soussignés officiers de santé membre de la commission de santé pour la visite des bâtiments venant du dehors dans la rade de morlaix , sur l'avis qui nous a été donné par le sous-commissaire de la marine président de la dite commission de l' arrivée de deux bâtiments dans la dite rade , nous sommes rendus le long de leur bord accompagné du citoyen Gaudelet interprète de la marine pour les langues étrangères .

Il est résulté des interpellations faites d' abord au capitaine du bâtiment que nous avons reconnu américain à son pavillon , que ledit capitaine se nomme Demson, son navire Laight, venant de Cuthsauven chargé de diverses marchandises tels que sucre, café, tabac etc... que son équipage est composé de neuf hommes qu' il nous a présenté et qui nous ont paru jouir d'une bonne santé ; il a mis à la voile le 25 octobre ; a relâché à Guernesey où il a passé dix jours ; a été visité par deux frégates anglaises ; sur la question que nous nous lui avons faites s' il était parvenu à sa connaissance que quelques maladies contagieuses régnât soit à Guernesey, soit à bord des vaisseaux anglais, a répondu qu'il ignorait qu'il existât aucune maladie ; sur quoi nous lui avons observé que si sa déclaration se trouvait fausse il encourait des peines capitales, à la suite de ces diverses interpellation nous lui avons demandé tous les papiers qui pouvaient servir à confirmer sa déclaration, qu'il nous a transmis à la faveur d'une pince de fer et que nous avons plongé aussitôt dans le vinaigre pour les désinfecter et les apporter au sous-commissaire de la marine où ils sont en dépôt.

Par suite nous sommes rendus le long du bord du second bâtiment dont le capitaine nous a dit se nommer Scholten le batiment "la Femme" venant d'Emdein parti depuis quatorze jours et ayant six hommes à bord que nous avons reconnu bien portants ; le dit bâtiment chargé de tabac et adressé au citoyen Jean Diot et Compagnie.

Le capitaine nous a fait la même déclaration que le premier sur la question que nous lui avons faites au sujet de la contagion dont il n'a eu aucune nouvelle il a rencontré dans le Texel île néerlandaise la flotte anglaise que le mauvais temps a empêché de le visiter .

En conséquence de ses déclarations nous estimons que le bâtiment "le Laight", capitaine Demson et "la Femme" capitaine Scholtsen soient assujettis l' un et l' autre à une quarantaine de quinze jours à dater d' aujourd'hui au bout duquel temps un des membres de la commission de santé se rendra à bord de ces deux navires pour s'assurer s'il ne s'y est point déclaré de maladie et dans ce cas sur le rapport qui en sera fait au sous-commissaire des classes, ils pourront entrer dans le port.

Fait à Morlaix, le 1er Brumaire an 9 [= 23 octobre 1800]

Signé sur le registre jj: Bouestard (?) med, Beaudier officier de santé, Duquesne Dm, Gaudelet interp-juré, L Boucault sous-commissaire président.

pour une copie conforme au registre déposé au secrétariat de la mairie de Morlaix, l'envoi officiel au sous-préfet de l'arrondissement. le secrétaire en chef de la mairie . Michel (signature)

lettre 2

extrait du registre de la commission de santé publique établie à morlaix.

du 3 frimaire an 9 de la République [24 novembre 1800]

en la vie transmis par le citoyen banco sous commissaire de marine président de la commission de santé publique, qui était entré hier dans la rade de cette ville, un bâtiment venant du nord ; la commission s'est rendu le long de son bord, elle en a arraisonné le capitaine, par l'intermédiaire du citoyen Gaudelet, interprète de la marine en support il en est résulté : 1° que le capitaine se nomme St Hundah

2° que son équipage, lui compris, est composée de quatre hommes qui lui ont paru en bonne santé

3° que ce bâtiment se nomme Obin

4° qu'il est sorti d'Aton depuis cinq semaines

5° de charger de chars à bancs de terre, à la destination de Roscoff et à l'adresse du citoyen le Squin, qu'il est du port de tonneaux et que le capitaine a déclaré sur la foi de l'honneur qu'il n'a relâché dans aucun port ennemi de la Manche et n'a été visité par personne

la commission dirigée par les mêmes sentiments et mise sur le canton des autres bâtiments notre, arrête qu'il gardera en rade de Morlaix, une quarantaine de huit jours à dater du trois de ce mois au bourg de laquelle il pourra se rendre au port de Roscoff si mieux n'aime effectuer son déplacement en ce port.

signé sur le registre JJ Bouestard D.m., Duquesne D.m., Beaudier Chir., F Gaudelet interp-juré et Boucault sous-commissaire président.

pour expédition conforme aux registres déposés au bureau de la mairie de morlaix.

le secrétaire en chef de la mairie, secrétaire de la commission, Michel (signature)

lettre 3

extrait du registre du conseil de santé,

établie à morlaix

du 25 frimaire an 9 [16 décembre 1800]de la République française sur le rapport de fait à la commission de santé que la prise l'Atlas faite par le corsaire la Mascarade, capitaine Raymond et atterrie deux jours avant à l'embouchure de la rivière Pensez, devait en faire voile pour se rendre en rade, conformément aux ordres transmis à tous les bâtiments étrangers atterrissant dans l'arrondissement maritime d'y entrer pour être soumis à l'examen de la commission et la tenue de la quarantaine au besoin.

la commission s'est rendu aura date où la prise à mouiller, à cinq heures du soir, mais considérant que déjà les prisonniers amenés en ce port par le corsaire avait été reconnu en bonne santé et déposé à la maison d'arrêt ;

on sidérant que par conséquent il n'existait pas plus de doute sur la bonne santé des hommes restés à bord que sur celle de ceux précédemment descendus à terre

elle s'est déterminée à monter à bord pour procéder à l'interrogatoire suivant

le nommé François Gourlay passager resté à bord avec Sophie Marie Murel, passagère interrogée par le citoyen gaudelet interprète de la marine, a répondu que la prise nommer l'Atlas capiatine John Bollouroch, est partie le dix décembre de Londres ayant pour première destination l'ile de Madère d'où elle devait se rendre à la Jamaïque ; que le bâtiment et du port de deux cents tonneaux et chargée de marchandises diverses ayant aussi 7 passagers et la jeune anglaise désignée ci dessus.

que le seul bâtiment dont elle a été visitée à la mer est le corsaire la Mascarade qui l'a prise mercredi dernier (vs) lorsqu'elle sortait de portsmouth.

en l'endroit requis de remettre au citoyen côtelettes toutes les lettres, paquet et papiers qui pourraient exister ; le dit Gourlay l'a fait.

La commission délibérant sur l'entrée à donner à la prise dans le port a arrêté et il serait tardé à prononcer jusqu'à ce qu'un de ses membres se fut abouché avec le capitaine anglais, détenu à la maison d'arrêt sur la nature et l'origine des marchandises composant le chargement du bâtiment, par ces considérations que la bonne santé et un équipage n'est pas le seul motif qui peut lever toute suspicion de maladies contagieuses, quand la nature des marchandises et surtout les ports dont elles peuvent sortir nécessitent un examen particulier.

le fait est arrêté à bord du navire anglais l'Atlas, les jours, mois et an que dessus.

pour expédition et envoi officiel au sous-préfet de l'arrondissement

le secrétaire en chef de la mairie, secrétaire de la commission, Michel

Lettre 4

Extrait du registre du conseil de santé établi à Morlaix.

Du premier nivose an 9 de la République française [22 décembre 1800]

Nous membres de la commission de santé soussigné sur l'invitation nous donnée le trente frimaire par le citoyen Boucault président de la dite commission de nous transporter en rade à l'effet d'y visiter un bâtiment nouvellement arrivé, nous sommes rendus accompagné du chef des mouvements maritimes en ce port le long d'un navire mouillé auprès du stationnaire ; sur les interpellations que nous avons faites au capitaine il nous a déclaré se nommer le Blanc son navire le grand Quinola, corsaire de Saint-Malo, armateur Duchesne et Pinte de vin de la dite ville consigné à Jean Sarraut fils et compagnie, ayant à son bord quarante cinq hommes d'équipage ;

interrogé s'il avait des malades à bord, a répondu avoir un homme que l'officier de santé du bord nous a dit être attaqué d'une fausse flexion de poitrine, interrogé s'il avait rencontré quelque navire et communiqué avec lui, a répondu avoir communiqué le 21 frimaire dernier avec un brick anglais sur lequel existaient quatre blessés que le brick, chargé de son lest seulement, venait de Lisbonne dont ils ont retiré le capitaine en second pour garantie de la rançon convenue, sur la demande que nous lui avons faite de nous déclarer s'il avait ou des papiers à nous remettre ou quelques secours à demander, il nous a exposé qu'il avait un besoin urgent de vivres et de réparations puisque son navire faisait eau, au point de le forcer à avoir ses deux pompes en activité.

D'après cet exposé nous estimons qu'on ne peut lui accorder l'entrée du port qu'après le nombre de jours suffisants pour s'assurer et de la nature et de la guérison de la maladie de l'homme de son équipage ci-dessus mentionné sauf à aviser au moyen d'arrêter la voie d'eau si réellement elle lui fait courir quelques dangers en assujettissant les ouvriers à subir à bord la quarantaine.

Pour l'expédition et envoi officiel au citoyen sous-préfet de l'arrondissement ;

Le secrétaire en chef de la mairie, secrétaire de la commission. Michel (signature)

Lettre 5

Extrait du registre de la commission de santé établie à Morlaix

Du 6 frimaire an 9 de la République [27 novembre 1800]

Sur l'avis transmis le 5 à la commission de santé, de l'entrée d'une prise en rade de Morlaix, elle s'est rendue à la manière accoutumée le long du bord de ce bâtiment.

Elle en a arraisonné le capitaine lequel a déclaré que le bâtiment était une goelette portugaise nommée le saint-antoine d'y Hermès sortie de Sétaval, depuis quinze jours chargée de sel fossile, fruits verts et secs les autres marchandises ayant douze hommes d' équipage, mousses compris et destinée pour Cork en Irlande, qu' elle avait été capturé par le cancer le jeune malouin armée de quatorze canon commandé par le citoyen Neel armateurs les citoyens Despechers de Port malo.

Le capitaine de la prise requis de représenter son équipage l'a fait passer sur le pont. Il s'est trouvé composé de cinq hommes lui compris qui ont paru en bonne santé.

Un des trois prisonniers restés à bord de la prise, interrogé sur l'état de la santé au Portugal a répondu qu'à son départ la maladie espagnole n' avait pas pénétré dans son pays, et que son gouvernement avait pris des mesures contre son intromission en établissant un cordon rigoureux aux confins de ce royaume .

Interrogé sur les rencontres qu' il pouvait avoir fait à la mer de bâtiments anglais, a répondu n'en avoir pas vu.

Le capitaine de prise a seulement déclaré qu' à la hauteur de Penmarch il avait vu sous le vent, une armée anglaise formant une chaîne se prolongeant vers Brest qu'il s'était occupé d'éviter.

Sur ce qu'à l'atterrissage de la prise à l'île de Batz le capitaine avait jeté à bord d'un canot, une lettre tendant à instruire de son arrivée le consignataire de son corsaire et que le commandant de la rade avait enjoint à ce canot de se rendre en quarantaine en rade de Morlaix. La commission est rassuré sur le danger que pouvait avoir connu les citoyens indiscrètement avaient reçu sa lettre après l'examen des hommes montés sur la prise, a renvoyé ce canot qui a tenu la rade pendant deux nuits.

Mue par le même principe que celui de ses précédents arrêtés envers les bâtiments étrangers, la commission arrête que cette prise gardera vingt jours de quarantaine à dater du cinq de ce mois au bout desquels, si le bon état les armes des hommes le permet il entrera dans le port.

Pour expédition conforme au registre.

Le secrétaire en chef de la mairie , secrétaire de la commission, Michel.